Vice versa de Pete Doctor et Ronaldo del Carmen

Film d’animation de 2015

vice-versa affiche poster inside out pixar disneySynopsis (Allo ciné) : Au Quartier Général, le centre de contrôle situé dans la tête de la petite Riley, 11 ans, cinq Émotions sont au travail. À leur tête, Joie, débordante d’optimisme et de bonne humeur, veille à ce que Riley soit heureuse. Peur se charge de la sécurité,  Colère s’assure que la justice règne, et Dégoût empêche Riley de se faire empoisonner la vie – au sens propre comme au figuré. Quant à Tristesse, elle n’est pas très sûre de son rôle. Les autres non plus, d’ailleurs… Lorsque la famille de Riley emménage dans une grande ville, avec tout ce que cela peut avoir d’effrayant, les Émotions ont fort à faire pour guider la jeune fille durant cette difficile transition. Mais quand Joie et Tristesse se perdent accidentellement dans les recoins les plus éloignés de l’esprit de Riley, emportant avec elles certains souvenirs essentiels, Peur, Colère et Dégoût sont bien obligés de prendre le relais. Joie et Tristesse vont devoir s’aventurer dans des endroits très inhabituels comme la Mémoire à long terme, le Pays de l’Imagination, la Pensée Abstraite, ou la Production des Rêves, pour tenter de retrouver le chemin du Quartier Général afin que Riley puisse passer ce cap et avancer dans la vie…

 

Si il y a bien une étape difficile dans la vie d’un être humain, c’est bien celle du passage de l’enfance à l’adolescence. Tout se bouscule, les hormones comme les émotions. Il faut laisser, avec plus ou moins de difficulté, ce qui faisait les petits bonheurs de l’enfance (l’ami imaginaire, les jeux puériles avec papa et maman, etc.) pour pouvoir grandir et quitter ce monde insouciant. Mais ce passage ne se fait pas toujours en douceur. Questionnements, doutes, mal-être, incompréhension sont bien souvent au rendez-vous. Ce film d’animation retrace cette aventure intérieure pleine d’embûches. Du haut de leur tour de contrôle qui fait penser à un vaisseau spatial, Joie, Peur, Colère et Tristesse essaient d’avancer, de retrouver un équilibre face aux changements imposés par la vie. Là, un déménagement qui suppose une nouvelle école, de nouveaux amis, un nouvel environnement dans lequel il faut se (re)construire. Ce film d’animation est une véritable exploration du cerveau d’un pré-ado en quête d’identité.
Pete Doctor (réalisateur, entre autres, de Monstres et cie) a réussi un véritable coup de maître. Le scénario, les dialogues, les animations sont excellents. Les représentations des émotions sont très réussies : une pin-up (le dégoût), un  phasme un peu guindé (la peur), un nain tout rouge toujours prêt à exploser (la colère), une jeune fille lumineuse et intelligente (la joie) et une petite bonne-femme bleu aux grands yeux expressifs (la tristesse). L’exploration des différentes parties du cerveau est aussi très réussie et surtout très vraie : les pensées abstraites, les îles intimes, les souvenirs, les rêves et les cauchemars, etc. Nous assistons en direct à une vraie grosse crise d’adolescent.
Les oscars ne s’y sont pas trompés, ce film est génial !

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Cinéma

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s