Mapuche de Caryl Férey

4ème de couv. : Jana est mapuche, fille d’un peuple sur lequel on a tiré à vue dans la pampa argentine. Rescapée de la crise financière de 2001-2002, aujourd’hui sculptrice, Jana vit seule à Buenos Aires dans la friche de son ancien mentor et, à vingt-huit ans, estime ne plus rien devoir à personne. Rubén Calderón aussi est un rescapé – un des rares «subversifs» à être sorti vivant des geôles clandestines de l’École de Mécanique de la Marine, où ont péri son père et sa jeune sœur. Trente ans ont passé depuis le retour de la démocratie. Détective pour le compte des Mères de la place de Mai, Rubén recherche toujours les enfants de disparus adoptés lors de la dictature de Videla, et leurs bourreaux… Rien, a priori, ne devait réunir Jana et Rubén, que tout sépare. Mais un cadavre est retrouvé dans le port de La Boca, celui d’un travesti, «Luz», qui tapinait sur les docks avec «Paula», la seule amie de la sculptrice. De son côté, Rubén enquête sur la disparition d’une photographe, Maria Victoria Campallo, la fille d’un des hommes d’affaires les plus influents du pays. Malgré la politique des Droits de l’Homme appliquée depuis dix ans, les spectres des oppresseurs rôdent toujours en Argentine. Eux et l’ombre des carabiniers, qui ont expulsé la communauté de Jana de ses terres ancestrales… 

Ce roman est incroyable de dureté, d’émotions, de suspens, de noirceur mais aussi d’amour. Nous découvrons un monde cruel et violent.

Mapuche c’est l’histoire de l’Argentine, sa dictature, son après dictature mais c’est aussi l’histoire des Mapuches, tribu exterminée par les colonisateurs. Nos deux héros sont issus de cette histoire. Ruben, détective privé pour les Mères de la place de mai (association qui recherche les disparus de la dictature), est un rescapé des prisons de la junte militaire d’où peu sont sortis vivants. Jana est une rescapée du massacre des Mapuches. Deux meurtres vont les réunir, celui d’un travesti et ami de Jana et celui de la fille d’un riche milliardaire argentin sur lequel Ruben enquête. L’auteur nous emmène ainsi dans les périodes sombres de l’histoire argentine où des bébés sont arrachés à leur famille, famille souvent assassinée, pour être adoptés par de riches familles stériles. C’est aussi la période où des familles entières sont éliminées (femme, enfant, etc.) parce que l’un de leur membre ose s’élever contre le pouvoir en place.

Caryl Ferey ne nous épargne pas. Ses descriptions sont terrifiantes, crus, horribles, dures comme pouvaient l’être les actes de torture subis par des milliers d’argentins. Les personnages sont animés par la haine et la douleur. Les victimes deviennent bourreaux, laissant leur esprit de vengeance et leur souffrance prendre le dessus. Mais ce sont aussi des personnes dont le coeur est remplie d’amour. Cela va-t-il suffire pour les sauver ?

Au prétexte d’une enquête policière (suspens garanti !), l’auteur dénonce l’impensable, l’inacceptable. Les mots et le style de l’auteur vous pénètrent au plus profond. C’est un excellent roman noir qui ne peut pas laisser indifférent.

Mapuche de Caryl Férey aux éditions Gallimard (Série Noire), 2012 – 450 pages

Lu dans le cadre du challenge de l’amitié littéraire 2018 proposé par Iman Eyitayo sur le groupe FB Baisse Ta Pal, des challenges à volonté.

************************************

Rencontre avec l’auteur, à l’occasion de Lire en Poche 2015 – Gradignan

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Emotions fortes - Coups de coeur, Lire, Littérature française

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s