La porte des Enfers de Laurent Gaudé

4ème de couv. : Au lendemain d’une fusillade à Naples, Matteo voit s’effondrer toute raison d’être. Son petit garçon est mort. Sa femme, Giuliana, disparaît. Lui-même s’enfonce dans la solitude et, nuit après nuit, à bord de son taxi vide, parcourt sans raison les rues de la ville.
Mais, un soir, il laisse monter en voiture une cliente étrange qui, pour paiement de sa course, lui offre à boire dans un minuscule café. Matteo y fera la connaissance du patron, Garibaldo, de l’impénitent curé don Mazerotti, et surtout du professeur Provolone, personnage haut en couleur, aussi érudit que sulfureux, qui tient d’étranges discours sur la réalité des Enfers. Et qui prétend qu’on peut y descendre…

 

J’ai lu ce livre dans le cadre du « Choix des abonnés ». Tous les mois je propose à mes abonnés facebook et instagram de choisir une de mes lectures du  mois suivant parmi deux ou trois romans. Pour le mois de février 2019, le choix s’est porté sur cette étrange fiction.

C’est la première fois que je lis un roman de Laurent Gaudé malgré tout le bien que j’ai pu en entendre ou en lire, et quel regret d’avoir tant attendu ! Son écriture est incroyable. Avec des mots, des phrases qui sonnent justes, il nous transporte dans un univers surprenant en passant par des chemins bien tortueux. Sa force est telle que j’étais à Naples avec tous les protagonistes.

Ce roman nous raconte l’histoire de Mattéo qui voit son fils de 6 ans, Pippo, mourir dans ses bras lors d’un règlement de compte mafieux. Ils se trouvaient là  au mauvais endroit au mauvais moment . Sa femme, Giuliana, qui n’accepte pas la disparition de son enfant,  demande à son mari de venger cette mort injuste. Et quand elle voit qu’il n’en fera rien, elle disparait. Mattéo, lui déprime et s’enfonce dans la solitude. Et c’est dans ses déambulations solitaires qu’il rencontre Grace, un travesti prostitué, Garibaldo, un patron de bar qui créé des cafés pour chaque envie (ou besoin) tel un alchimiste,  Don Mazerotti, un curé pas très conformiste et le professeur Provolone, un érudit qui affirme savoir où se trouve l’entrée des enfers. Si par moment les situations sont quelque peu absurdes et les personnages excessifs voire caricaturaux, j’ai eu beaucoup de mal à lâcher ce livre. Il est intrigant. Un suspens bien mené, je ne pensais pas me retrouver en enfer au milieu d’âmes perdues, bien joué ! La seule chose que je n’ai pas compris est pourquoi Pippo, un enfant innocent, se retrouve coincé en enfer. Mais c’est ça aussi le roman, on peut créer des situations a priori impensables quand on a du talent. Et là, c’est le cas. Je n’en dirai pas plus sinon je serais obligée d’en dévoiler un peu trop. Et il me semble que pour apprécier ce livre il ne faut pas trop en savoir à l’avance.

La Porte des Enfers de Laurent Gaudé aux éditions Actes Sud, 2008. 266 pages.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Lire, Littérature française

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s