Le songe d’une nuit d’octobre de Roger Zelazny

4ème de couv. : Octobre. Dans 31 jours, le portail s’ouvrira et les Grands Anciens déferleront sur le monde. Dracula, Sherlock Holmes, Raspoutine, le docteur Frankenstein… Ils seront tous là. Mais feront-ils partie des ouvreurs avides de pouvoir, ou seront-ils des fermeurs qui s’opposeront aux horreurs indicibles ? Les familiers de ces personnages seront eux aussi impliqués dans cette murder party ésotérique riche en rebondissements. Tout particulièrement Snuff, un chien dont le maître, Jack, aime se promener la nuit dans Londres avec son grand couteau… Le Jeu va commencer. Quel sera votre camp ?

**************************************

Je découvre avec ce livre l’univers de Roger Zelazny, auteur américain de romans fantastique et de science-fiction. Je ne suis pas une spécialiste du genre mais je m’y intéresse de plus en plus et dévore à chaque fois ces histoires extra-ordinaires. Le songe d’une nuit d’octobre fut lui aussi un vrai plaisir de lecture. Ce roman fantasque teinté d’humour noir est aussi captivant qu’intelligent.

L’histoire se passe à l’époque victorienne dans les faubourgs de Londres, me semble-t-il. Le 31 octobre doit s’ouvrir un portail d’où les Grands Anciens sortiront (référence à l’univers de Lovecraft, mais là, pareil, je ne suis pas spécialiste) et ce n’est pas bon du tout, mais alors pas du tout !
Deux équipes vont se confronter, les ouvreurs qui vont aider à l’ouverture de ce portail et les fermeurs qui vont l’en empêcher. Mais comme dans toute bonne enquête, on ne sait pas qui est qui. Et, c’est ce que va essayer de découvrir Snuff, le chien, aidé de Graymalk la chatte, de Nightwind le hibou, de Quicklime le serpent, de Cheeter l’écureuil, de Needle la chauve souris etc.. car tous doivent se retrouver le 31 octobre, avec leurs maîtres et maîtresses respectifs, pour la dernière manche. Tout ce beau monde a 31 jours pour préparer cette cérémonie finale, chacun y va donc de ses emplettes macabres pour créer sa poudre magique, de ses petits meurtres, de sa petite enquête. Chaque jour du mois d’octobre donne lieu à un chapitre et chaque jour nous découvrons de nouveaux personnages et de nouveaux indices nous permettant de savoir qui est ouvreur, qui est fermeur. Ce roman est une véritable murder party et le lecteur mène l’enquête à travers le regard de ces animaux aux pouvoirs magiques. Ce qui est aussi génial dans ce roman est que chaque  personnage « humain » correspond à un personnage de la littérature fantastique, policière ou un personnage historique célèbre. Aucun de ces personnages n’est nommé, nous les devinons à la lecture. Ainsi nous croisons par exemple le bon docteur et son homme expérimental (Frankeinstein), le comte (Dracula), le grand détective (Sherlock Holmes), Rastov (Raspoutine), Jack (Jack l’éventreur)…. je ne vous en dis pas plus, je vous laisse les découvrir. Bref, c’est un univers bien à part mais tellement bien écrit qu’on y croit vraiment. J’ai aussi aimé le ton humoristique employé tout au long du récit, humour noir bien sur mais drôle. 🙂 Un très très bon moment de lecture.

A lire aussi la préface par Thimothée Rey qui permet d’en savoir plus sur l’auteur.

Le songe d’une nuit d’octobre de Roger Zelazny (traduit par Ange Desmarais) aux éditions ActuSF, 2019 (collection Hélios). 277 pages.

Lu dans le cadre d’un envoi SP ActuSF

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Lire, Littérature amécaine (U.S.), SFFF

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s