Archives de Catégorie: Littérature amécaine (U.S.)

L’une rêve, l’autre pas de Nancy Kress

lune-reve-lautre-pas4ème de couv. : « Docteur… savez-vous combien j’aurais pu accomplir en plus si je n’avais pas dû dormir toute ma vie ? ». Alors que deux jumelles viennent au monde, l’une d’elles a été génétiquement modifiée pour ne plus avoir besoin de sommeil. Chaque jour, elle dispose de huit à dix heures en plus pour vivre et découvrir le monde… Des heures qui feront aussi d’elle un être à part. Dès lors, comment trouver sa place dans une société qui n’est plus la vôtre ?

Les éditions ActuSF ont eu la bonne idée de rééditer ce livre publié en 1991 et ma médiathèque a eu la bonne idée de le proposer à ses lecteurs ! Je découvre cette auteure pourtant très connue dans le monde de la SF. D’ailleurs, ce livre a reçu 5 prix, dont le prix Hugo.

Ce roman ou plutôt cette novella (plus long qu’une nouvelle mais plus court qu’un roman traditionnel) raconte l’histoire de deux soeurs jumelles dont l’une a été modifiée génétiquement pour ne pas dormir. Dans ce futur proche, il est prouvé que les enfants qui ne dorment pas deviennent plus intelligents et apprennent 100 fois plus vite. Des parents, pour la plupart fortunés comme ceux de nos deux héroïnes, Alice et Leisha, veulent ainsi avoir des enfants parfaits qui atteindront l’excellence. Mais cet idéal de performance n’engendre pas que du bonheur. Une partie de la société a peur de cette différence, s’installe alors la haine, le rejet et parfois la violence. Mais ce sont aussi des familles détruites parce qu’elles sont dépassées par les évènements : imaginez un bébé qui ne dort jamais !

Elle parcourt aussi les relations entre les deux soeurs et leurs parents, des relations difficiles teintées d’incompréhension, de jalousie, d’amour et de non-amour.

Ainsi à travers cette histoire, Nancy Kress aborde les thèmes de la jalousie, de la différence et de l’inconnu qui fait peur.

Cette fiction amène à réfléchir et à sa lecture, on ne peut s’empêcher de faire le parallèle avec des sujets bien actuels.

En conclusion, un très bon roman de fiction, intelligent et passionnant !

L’une rêve, l’autre pas de Nancy Kress aux éditions ActuSF, 2016 – 150 pages.

Poster un commentaire

Classé dans Lire, Littérature amécaine (U.S.), SFFF

L’oiseau du bon Dieu de James McBride

4ème de couv. : En 1856, Henry Shackleford, douze ans, traîne avec insouciance sa condition de jeune esclave noir. Jusqu’à ce que le légendaire abolitionniste John Brown débarque en ville avec sa bande de renégats. Henry se retrouve alors libéré malgré lui et embarqué à la suite de ce chef illuminé qui le prend pour une fille. Affublé d’une robe et d’un bonnet, le jeune garçon sera brinquebalé des forêts où campent les révoltés aux salons des philanthropes en passant par les bordels de l’Ouest, traversant quelques-unes des heures les plus marquantes du XIXe siècle américain.

J’ai découvert l’auteur et son livre à l’émission « La grande librairie ». Le bonhomme m’a bien plu ainsi que la présentation de son roman. Quand je l’ai vu sur la table des nouveautés dans ma médiathèque préféré, j’ai sauté dessus…. Et je ne l’ai pas lâché ! Ce roman est prodigieux. Superbement écrit, drôle et grave à la fois.

En 1856, le narrateur, un jeune esclave noir américain de 12 ans, est adopté par un homme blanc abolitionniste, John Brown. Cet homme a réellement existé mais c’est la première fois que j’en entends parler, pourtant il est à l’origine de la guerre de Sécession.

John Brown, homme d’une cinquantaine d’années, est à la fois humaniste et terroriste, il est fou, illuminé, persuadé que Dieu est avec lui. Sa folle obsession, aussi noble soit-elle, est de délivrer tous les Noirs de l’esclavage mais peu importe les moyens : massacres, tueries en tout genre, attaques suicidaires. Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Emotions fortes - Coups de coeur, Lire, Littérature amécaine (U.S.)

Mr Mercedes de Stephen King

Afficher l'image d'origine 4ème de couv. : Foncer sur une foule dans sa SL500 12 cylindres : le moment le plus grisant de Mr Mercedes.

Et le carnage lui a tellement plu qu’il n’a qu’une envie : recommencer au plus vite.

 

Cette fois, Stephen King met de côté le fantastique pour nous proposer un merveilleux thriller. Merveilleux dans le sens littéraire du terme parce que l’histoire n’a rien de merveilleux. D’autant que l’acte fou de Brady Hartsfield alias Mr Mercedes nous ramène inévitablement à l’attentat récent de Nice. Mais ici, il s’agit d’un cinglé, un psychopathe à l’américaine avec ses secrets de famille qui alimentent sa folie : la mort suspecte d’un frère et une relation incestueuse entretenue avec une mère alcoolique, un tableau clinique à la Norman Bates !

Cette folie l’a conduit à commettre un véritable carnage. Au volant d’une Mercedes, il a foncé sur une foule patientant devant les portes d’un salon de l’emploi. De nombreux blessés, des morts, et aucun coupable arrêté. Le policier Hodges est parti à la retraite avant d’avoir réussi à boucler cette affaire. Jusqu’au jour où Brady décide de  le contacter via un site internet de rencontre.
Brady est un jeune homme très intelligent, méthodique mais Hodges l’est tout autant. Ils se provoquent et s’affrontent, l’un pour découvrir et arrêter ce fou furieux avant qu’il ne commette un autre carnage, l’autre parce qu’il est tout simplement fou. Qui va gagner ?

Glaçant, intelligent, haletant, un suspens effroyablement réussi ! Juste génial !

Mr Mercedes de Stephen King aux éditions Albin Michel, 2015.

Livre proposé au challenge Reading Challenge 2016 / Catégorie Un thriller

Poster un commentaire

Classé dans Lire, Littérature amécaine (U.S.), Policiers - Thrillers

Firmin. Autobiographie d’un grignoteur de livres de Sam Savage

Reprise de l'ancien blog - Article publié en 2009

firminLors d’une de mes nombreuses promenades dans les allées des librairies, mon regard a été attiré par le titre et le dessin de la première de couverture de ce livre. Après lecture de la quatrième de couv., je me suis dit « pourquoi pas ».
Je n’ai pas regretté….
Firmin est un rat, « pas un rat apprivoisé mais un rat civilisé » comme le décrit Jerry, l’homme chez qui il vit en deuxième partie de l’histoire.
Ce rat, né dans le sous-sol d’une librairie, est un véritable grignoteur de livres, au sens propre comme au sens figuré. Il nous raconte son amour de la littérature mais aussi son amour des hommes et de leur civilisation. Cette civilisation humaine, il aimerait l’intégrer mais son statut de rat l’en exclut.  Puis, il rencontre Jerry, un romancier marginal avec qui il va partager une partie de sa vie….
Je ne vous en raconte pas davantage, je vous laisse découvrir ce premier roman d’un sexagénaire américain…

Firmin. Autobiographie d’un grignoteur de livres de Sam Savage aux Edtions Actes Sud, 2009

Poster un commentaire

Classé dans Lire, Littérature amécaine (U.S.)