Archives de Catégorie: Littérature finlandaise

L’armoire des robes oubliées de Riikka Pulkkinen

4ème de couv. : Elsa, la grand-mère d’Anna, est atteinte d’un cancer foudroyant. Entourée de ses proches, elle compte bien profiter de chaque instant, de chaque plaisir, jusqu’au bout : les rayons du soleil, les bains de mer, ou le corps de Martti, son mari depuis plus de cinquante ans, contre le sien. Mais Anna découvre que derrière ce mariage heureux se cache un drame qui a marqué à jamais tous les membres de sa famille. C’est une vieille robe oubliée dans une armoire, trouvée par hasard, qui va réveiller le passé…

**************

Lecture commune du groupe FB : « Je me livre à la p@age« 

**************

L’histoire de ce roman est vieille comme le monde : l’adultère. Le mari d’Elsa tombe amoureux de la jeune fille au pair, cette histoire dure plusieurs années jusqu’à ce que tout éclate. Cette histoire d’amour va engendrer nombre de conséquences sur leur fille et leur petite fille. Secret de famille, non-dit provoquent souffrance et mal de vivre. En parallèle, on suit le parcours d’Eeva, la jeune fille au pair. Une jeune femme passionnée, entière, idéaliste, amoureuse. Le roman fait ainsi des allers retours entre aujourd’hui et les années soixante, période pendant laquelle se joue ce trio amoureux. En toile de fond, nous avons la maladie d’Elsa, elle se meurt d’un cancer. La famille s’occupe d’elle à tour de rôle. Chacun à sa manière, avec ses difficultés, sa souffrance.

Lors d’un tête à tête avec sa petite fille, Anna, Elsa raconte cette période de leur vie de couple. Anna part à la recherche d’Eeva, pour en savoir plus, pour connaitre cette femme qui a tant troublé la vie de ses grands-parents.

C’est un roman très fort, perturbant, émouvant, poétique même, très bien écrit et ne laissant pas indifférent mais j’ai été confrontée à quelques incompréhensions qui m’ont dérangée. A certains moments du roman, quand l’autrice passe d’une époque à une autre, je me suis parfois perdue, ne sachant plus avec quels personnages j’étais : la mère, la fille ou la petite fille ? Une autre question aussi : qui est Linda ? De façon inattendue, ce prénom apparaît alors que je suis sensée être avec Anna, Eeva et Eleonoora (voir page 346 par exemple). Une autre curiosité :  Martti et Eleonoora ne sont pas nommés quand c’est Eeva qui raconte. Elle les appelle L’homme et la fillette. Pourquoi ? Pour mettre de la distance ?

Un bon roman donc mais pas un coup de coeur. A l’occasion, je lirais un autre roman de cette autrice mais sans aucune conviction.

L’armoire des robes oubliées de Riikka Pulkkinen (traduit par Claire Saint-Germain) aux éditions Albin Michel, 2012. 397 pages.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Je me livre à la p@ge, Lire, Littérature finlandaise