Archives de Catégorie: Littérature jeunesse – Romans pour adolescents

Le cauchemar Edgar Poe de Polly Shulman

Roman pour adolescent à partir de 12 ans

4ème de couv. : Sukie n’a pas la vie facile : depuis le décès de sa soeur, dont le fantôme la suit partout, ses parents ont perdu leur emploi. Tous trois ont dû s’installer dans l’inquiétant manoir de la tante Hepzibah et, pour gagner quelques sous, ils vendent des babioles sur les brocantes. Un jour, deux jeunes gens les approchent, très intéressés par un balai tout à fait banal. Elizabeth et Andreas travaillent en fait pour le Dépôt d’Objets Empruntables de la Ville de New York, une extraordinaire bibliothèque n’accueillant que des objets qui ont marqué l’histoire ou la littérature. Or, ce balai n’est pas si ordinaire : il s’agit d’un balai volant issu d’un conte horrifique dont le décor est… le manoir où vit Sukie.

Ce roman est en fait le tome 3 d’une série mais, heureusement pour moi, il peut se lire indépendamment des deux premiers. C’est une belle découverte. Le style est plutôt bon. Les descriptions des lieux imaginaires sont telles que le lecteur arrive à les visualiser et à leur donner une réalité . Les personnages sont attachants et tous sympathiques, même le méchant est gentil ! Le suspens est gardé jusqu’aux dernières pages. Les références littéraires sont toutes réelles, excepté une mais l’auteur le précise, et donnent envie d’aller explorer l’univers de tous ces auteurs  (Edgar Poe, Lovercraft, Borges, Freeman, etc.). Le seul défaut de ce livre est que parfois Polly Schulman passe un peu vite d’une situation à une autre en résolvant un problème sans que le lecteur ne saisisse comment. Mais le rythme soutenu ne laisse pas trop de place aux questionnements.

En dehors de l’histoire fantastique, c’est aussi une histoire d’adolescents qui s’adresse à des adolescents avec des thématiques récurrentes : l’amour, l’amitié, la place de chacun au sein d’un groupe, grandir, quitter l’enfance, l’autonomie, le deuil.

En conclusion, c’est un bon roman !

Le cauchemar Egar Poe de Polly Shulman aux éditions Bayard Jeunesse, 2016 – 355 pages

Livre proposé au challenge Reading Challenge 2016 / Catégorie Un roman pour adolescents

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Lire, Littérature jeunesse - Romans pour adolescents, SFFF

Une guitare pour deux de Mary Amato

Roman pour adolescents à partir de 14 ans

20160606_1534434ème de couv. : Impossible de vivre sans guitare. C’est ce que pense Tripp quand sa mère lui confisque son instrument. Sa seule solution : répéter un midi sur deux, dans la salle B, avec une vieille guitare. Lyla, consciencieuse violoncelliste, occupe la salle les autres jours. Ces deux-là commencent par se détester par petit mot interposés. Mais bientôt, les échanges virent aux confidences et une toute autre relation s’installe entre eux…

Ce roman raconte la rencontre de deux adolescents que rien ne semble rapprocher. Lyla est une jeune fille studieuse, que tout le monde aime et qui joue avec talent du violoncelle. Tripp est un garçon rebelle, associable, qui n’aime que la guitare et le rock. Pourtant quand le hasard les fait se rencontrer, ils se découvrent des histoires et des personnalités pas si éloignées. Tout deux orphelins d’un parent sont étouffés par l’amour et les espoirs que le parent vivant met en eux. Mais plus que tout le reste, ils partagent la même passion pour la musique.

Au départ, leur relation20160606_153736 est tendue et absolument pas amicale. Ils échangent par petits mots qu’ils déposent dans la salle de musique, s’appelant chacun M. Pair et Mme Impair en rapport à leur jour de présence dans la salle de répition qu’ils partagent.

Puis petit à petit, ils se laissent aller à des confidences sur leur mal-être et leurs conflits intérieurs. Ils échangent sur la musique, leurs motivations, etc. Ils finissent par se rencontrer physiquement. Une amitié profonde et sincère naît entre ses deux personnages. Ce qui n’est pas du tout au goût de la meilleure amie de Lyla et de leurs parents respectifs.

20160606_153832L’écriture est fluide et rythmée par les petits mots, notes et paroles de chansons qui alternent avec la narration.

C’est un très bon roman  sur l’amitié mêlant humour et émotion. C’est surtout une belle déclaration d’amour à la musique.

Et pour les plus curieux, un flash code est proposé pour aller écouter les chansons de Lyla et Tripp.

Une guitare pour deux de Mary Amato aux éditions Nathan, 2013 – 252 pages

1 commentaire

Classé dans Lire, Littérature jeunesse - Romans pour adolescents

U4 : Koridwen de Yves Grevet

Roman pour adolescents à partir de 14 ans.

U4. Koridwen4ème de couv. : « Je m’appelle Koridwen. Ce rendez-vous, j’y vais pour savoir qui je suis. »
Koridwen est la dernière survivante d’un hameau de Bretagne. Avec l’aide du vieux Yffig, elle a inhumé les neuf autres habitants du coin. Puis le vieux Yffig est mort à son tour, et Koridwen l’a enterré lui aussi.
Avant de mourir, la mère de Kori lui a confié une enveloppe laissée par sa grand-mère, à ouvrir le jour de ses quinze ans. Cette lettre, qui parle d’un long voyage et de mondes parallèles, fait si étrangement écho au message reçu sur Warriors of Times que Koridwen est ébranlée malgré elle. Elle décide d’aller chercher son cousin Max et de se rendre avec lui en tracteur au rendez-vous à Paris.

Une épidémie touche la planète toute entière. Seuls survivants, les adolescents. Ces jeunes essaient de construire une société dans un monde chaotique fait de violence, de perte de repères et où la survie reste le moteur principal.

Koridwen, la petite bretonne de 15 ans, est une de ces survivantes. Mais, pas une survivante comme les autres, elle sait qu’elle a une mission à accomplir. Elle est peut-être la clé qui permettra à ce monde de disparaitre pour laisser place au monde d’avant, un monde rassurant malgré ses imperfections.
Le lecteur va suivre le parcours de Koridwen, de son départ de son village breton à son arrivée à Paris mais aussi ses combats pour atteindre son objectif. Il est le témoin des relations qu’elle entretient avec les différentes personnes qu’elle rencontre au fil de son périple, relations plus ou moins intenses que ce soit en amour ou en amitié, faites parfois de trahisons, d’incompréhensions, de jalousies, etc. Elle va aussi découvrir les relations amoureuses dans un monde malsain, inquiétant où il est difficile de faire confiance aux autres.
Ce roman laisse aussi la place au handicap. Max son jeune cousin est autiste mais personne ne l’abandonne. Koridwen gère les crises de son cousin comme elle le peut, elle le protège, l’aime. Les personnes avec lesquelles elle se lie d’amitié l’acceptent aussi tel qu’il est. Une belle leçon d’humanité !

Les légendes celtiques, présentes dans tout le livre, donnent à ce roman un intérêt particulier et une intensité supplémentaire. Koridwen est protégée par sa Mamm-gohz (grand-mère), une sorcière bretonne, qui lui a légué quelques secrets à travers un carnet bien étrange.  De la magie et du surnaturel qui font tout le charme de cet opus.

Ce roman fait partie d’un projet d’écriture réalisé par quatre auteurs. Chacun raconte l’histoire d’un personnage (Yannis, Jules, Stéphane et Koridwen) évoluant tous dans le même monde avec la même mission, le sauver. Ces personnages se rencontrent et vivent des situations communes mais ces rencontres et ces situations sont racontées à travers le regard du personnage principal de l’opus en question. Procédé intéressant que j’ai déjà expérimenté à travers la bande dessinée, « Alter Ego » en l’occurrence, une belle révélation.
Ces livres peuvent bien sûr se lire indépendamment les uns des autres, dans n’importe quel ordre et il n’est même pas nécessaire de lire les quatre. Chaque tome est une histoire à part entière.

En ce qui concerne « Koridwen », c’est vraiment un très très bon roman et du surcroît très bien écrit. Ce qui donne envie de lire les trois autres. Mais seront-ils aussi passionnants ?….

U4 : Koridwen de Yves Grevet aux éditions Nathan, 2015

Poster un commentaire

Classé dans Lire, Littérature jeunesse - Romans pour adolescents

Jonah. T1 Les sentinelles de Taï-Marc Le Thant

Roman pour adolescents à partir de 11-12 ans.

Jonah4ème de couv. : « Depuis que je te connais Jonah, je sais que tu es un enfant exceptionnel. »
M. Simon, le directeur de l’orphelinat, ne croit pas si bien dire.  Arrivé a l’adolescence, les qualités surnaturelles de Jonah vont susciter l’intérêt d’une mystérieuse société secrète. Quand le jeune garçon disparait soudainement, Steve, Fillipus, Robert et Alicia décident de s’enfuir pour retrouver leur ami.

Epoustouflant ! Jonah est le premier tome d’une tétralogie où se mêlent aventure, surnaturel, amitié, action et émotion.

Jonah est à l’orphelinat depuis sa naissance. C’est un être joyeux qui transmet cette joie de vivre à tout l’orphelinat et ce malgré son handicap (il est né sans mains).  Tout se passe à merveille dans le meilleur des mondes mais c’est sans compter sur une société secrète qui veut à tout prix faire de Jonah un membre des sentinelles (je ne vous dirais pas qui sont les sentinelles, suspens…) en raison de ses pouvoirs surnaturels. C’est alors que Jonah disparaît et ses amis partent à sa recherche.
Le lecteur est vite pris dans cette course folle semée d’embûches et de rebondissements. L’amitié et l’amour jouent un rôle très important dans cette histoire poétique et peine de charme. Les personnages sont attachants, et évoluent en fonction des situations et des rebondissements.
Au fil des pages, les questions et les réponses se succèdent, un vrai suspens qui nous tient en haleine. C’est la première fois que j’ai autant de mal à lâcher un livre ado, j’ai vraiment été aspirée par l’histoire (la qualité et le rythme de l’écriture n’y sont pas étrangers)… Je suis même pressé de lire la suite !
Vous l’aurez compris, c’est un très bon roman que je conseille vivement aux jeunes à partir de 11 ans. Et que les adultes ne s’en privent pas, c’est rafraichissant !

Jonah. T1 Les sentinelles de Thaï-Marc Le Thant aux éditions Didier Jeunesse, 2014

Livre proposé au challenge Reading Challenge 2016 / Catégorie Le premier tome d’une série

Poster un commentaire

Classé dans Lire, Littérature jeunesse - Romans pour adolescents

Ronde comme la lune de Mireille Disdero

Roman pour adolescents à partir de 12 ans

ronde comme la lune

4ème de couv. : Saskia est gourmande. Gourmande de tout : de livres, de films, d’amitié et, bin sûr, de… nourriture. Et ça se voit, car elle est plutôt enrobée.
Saskia déteste son apparence, mais elle s’est fait une raison, malgré les moqueries et le mépris des garçons qu’elle s’efforce d’ignorer. Sa gourmandise est plus forte qu’elle.
Alors quand Erik, un copain du lycée, semble s’intéresser à elle, Saskia se sent perdue.
Se peut-il que quelqu’un soit attiré par elle ? Et comment l’accepter, alors qu’elle même a tant de mal à s’aimer ?

Ce roman, très bien écrit et très bien séquencé, aborde avec justesse certaines problématiques adolescentes difficiles et douloureuses pour ceux et celles qui les vivent. Siska, une jeune adolescente de 15 ans, vit difficilement son embonpoint ; à cette difficulté se rajoute la méchanceté de deux garçons qui la suivent du collège au lycée et la choisissent comme bouc émissaire.  A travers le harcèlement qu’elle subit tout un tas de questions sur le corps, le regard des autres, sur l’amour et l’amitié se posent. Comment vivre quand on est grosse ? Comment être aimée ? Comment s’aimer ? Comment trouver sa place dans la société ?
Sous l’oeil de parents inquiets, l’évolution de Siska se fait peu à peu au fil des rencontres et des évènements.

J’ai eu peur, en fin de roman, que l’auteur nous propose comme seule alternative pour se sentir bien et être accepter par les autres que son héroïne se transforme en jeune fille mince. Mais non….

Livre intéressant, bien écrit, de l’émotion, de la tendresse, une approche juste dans un monde adolescent complexe.

Thèmes abordés : surpoids, harcèlement, corps, amour, amitié

Ronde comme la lune de Mireille Disdero aux éditions Seuil, 2015

Poster un commentaire

Classé dans Lire, Littérature jeunesse - Romans pour adolescents